Servants et pastourelles à Lourdes en 2016

La joie de l’Évangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus. Ceux qui se laissent sauver par lui sont libérés du péché, de la tristesse, du vide intérieur, de l’isolement. Avec Jésus Christ la joie naît et renaît toujours"  (Evangeli gaudium, 1 - pape François)

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Servants d’autel, pastourelles pourquoi faire ?

Retrouvez ICI l'album photos

 

Dimanche après dimanche, fêtes après fêtes, ils sont là, fidèles à leur promesse de servir celui qu’ils ont reconnu comme étant leur Seigneur, au plus près de l’autel. Vous êtes nombreux à vous retourner sur la procession d’entrée, tantôt en mesurant l’étendue, tantôt en dénombrant ceux qui la composent. Si elle ne laisse pas indifférent c’est à n’en pas douter qu’elle est un signe significatif. Ce signe est celui de l’Église vivante, en marche, le signe que l’Église, par cette jeunesse, continue sa mission aujourd’hui tout en construisant l’Église de demain. La raréfaction des vocations, la sécularisation toujours plus forte de notre société pourraient parfois avoir raison de notre espérance, pourtant ces jeunes que le Seigneur appelle à Lui (Mc 10, 14) n’ont pas peur de vivre et témoigner de leur foi, regardez leurs visages rayonnants : "La joie de l’Évangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus. Ceux qui se laissent sauver par lui sont libérés du péché, de la tristesse, du vide intérieur, de l’isolement. Avec Jésus Christ la joie naît et renaît toujours"  (Evangeli gaudium, 1 - pape François).

Si notre communauté, dans sa grande majorité, est heureuse du retour des servants d’autel et des pastourelles, trop longtemps disparus de nos célébrations, certains trouvent que c’est trop solennel voire trop théâtral car après tout "Jésus n’a pas institué ce service". Tout en faisant mémoire d’évènements passés il y a près de 2000 ans, la liturgie nous permet d’entrer personnellement dans les différents mystères, de les vivre aujourd’hui et maintenant, elle nous rend participatif au même titre que le furent les contemporains de Jésus. Pour cela il est nécessaire que soient représentés les différents visages du Christ : le Seigneur par ses prêtres qui président et conduisent l’assemblée mais aussi le Serviteur par ses diacres, ses servants d’autel et pastourelles. Ainsi la représentation du Christ, réellement présent parmi nous à chaque célébration (Mc 18,20), est complète : l’assemblée est son corps et les deux visages sont là devant nous !

Pendant quatre jours, avec leurs homologues venus de toute la France, ils vont se mettre à l’école de la Vierge Marie, servante du Seigneur (Lc 1, 38) image de la première des pastourelles. En cette année de jubilé de la miséricorde, ils emporteront avec eux vos intentions de prières pour les déposer au pied de la grotte de Massabielle. Soyez assurés que Notre Dame, elle qui aime se montrer aux petits enfants (Lourdes, Pontmain, Fatima …) ne restera pas sourde à leurs intercessions.

Philippe LENORMAND, membre EAP Liturgie

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+